Réglage des suspensions

5.Les réglages en statique.

5.1 Réglage des ressorts :

En préalable, il faudra connaitre la course totale (avant et arrière), c’est-à-dire la longueur possible entre les positions « comprimé à fond » et  “détendu à fond”.
Ces valeurs sont à trouver dans la documentation constructeur, ou la revue technique.

Ensuite, pour l’avant comme pour l’arrière, on mesurera les valeurs suivantes (mode opératoire détaillé et illustré plus loin) :

  • La course morte : c’est la valeur d’enfoncement de l’amortisseur sous le poids propre de la moto seule, par rapport à sa détente maxi,
  • La course de précharge statique : correspond à la valeur d’enfoncement de l’amortisseur sous la charge de la moto et du pilote, par rapport à sa détente maxi,

La valeur déterminante est la course de précharge statique. C’est elle que l’on va régler, en vérifiant ensuite que la course morte est cohérente.

De façon générale, la course de précharge statique doit correspondre à 1/3 de la course totale.

Exemple : pour une fourche de débattement 120 mm, on ajutera l’écrou de réglage de la précharge de façon à obtenir un enfoncement d’environ 40mm quand la moto est posée sur ses roues, pilote dessus et en position.

La course morte doit être de +/- 15mm, à l’avant comme à l’arrière.

Réglage de l’avant :

Les cotes se prennent dans l’alignement des tubes de fourche.
La méthode proposée peut être différente si on dispose d’une béquille avant qui prend appui sous le té de fourche, et libère donc la charge sur la roue avant. Avec ce matériel on mesurer directement la course morte et la course de précharge statique.

Si on a pas une telle béquille, on mesurera la cote repérée (a) une fois pour toute.

1- Relevé d’une cote (a) correspondant à la détente maximum :

Sur une fourche traditionnelle (non inversée), le plus simple est de mesurer la longueur entre le bas du té de fourche inférieur et le haut du cache poussière (joint noir).

Pour faciliter les autres mesures, on dispose un rilsan sur le tube, comme sur la photo

2- Relevé de la cote (b) : moto seule et tenue droite, les 2 roues au sol

La cote est mesurée de la même manière.
Si on est seul, il suffit de placer la moto sur la béquille latérale, de descendre le rilsan au plus bas, puis de relever la moto bien verticalement, de la remettre sur sa béquille et de prendre la cote entre le haut du té supérieur et le bas du rilsan.
La valeur de (a - b) donne la course morte.

3- Relevé de la cote (c) :moto + pilote, maintenus verticalement.

La même méthode est employée avec le rilsan, mais le pilote monte sur la moto.

La valeur de (a - c) donne la course de précharge statique.


 

Si (a - c) est trop grand, on visse l’écrou de réglage de la précharge. On dévisse si c’est l’inverse.

Et on vérifie la valeur finale de la course morte.

S’il n’est pas possible d’avoir les valeurs correctes en même temps, c’est que le ressort n’est certainement pas adapté…

 

Réglage de l’arrière :

On prend un point de référence sur le cadre (sur la boucle arrière).

Ce point peut être plus ou moins à la verticale de l’axe de roue, ou bien déterminé en traçant un triangle équilatéral comme ici sur la moto de Byo (Forum U2Team)  ;-)  :

Le choix d’un point entre ces 2 solutions convient aussi ; l’influence de l’angle n’est pas déterminante.

Les cotes se prendront entre l’axe de la roue et le point tracé sur la boucle arrière.

De la même façon qu’à l’avant :

  1. Relevé d’une cote (a) correspondant à la détente maximum :
    Il faut décoller la roue arrière du sol sans prendre appui sur le bras oscillant !
    L’usage d’une béquille d’atelier n’est donc pas bon.
    Le mieux est d’inviter 2 copains pour la manip.

  2. Relevé de la cote (b) : moto seule et tenue droite, les 2 roues au sol.
    La valeur de (a - b) donne la course morte

  3. Relevé de la cote (c) : moto + pilote, maintenus verticalement.
    La valeur de (a - c) donne la course de précharge statique.
    Si (a - c) est trop grand, on visse l’écrou de réglage de la précharge.
    On dévisse si c’est l’inverse

Et on vérifie la valeur finale de la course morte.

S’il n’est pas possible d’avoir les valeurs correctes en même temps, c’est que le ressort n’est certainement pas adapté…

Remarques :

J’anticipe les commentaires des théoriciens du domaine, et des névrosés de la mesure au millimètre près ;-)

Si on part du principe que :

  • Le poids de la moto est fixe,
  • Le poids du pilote ne varie pas non plus (faites un effort… ne grossissez pas),
  • La course morte n’est pas nulle (déjà vu : ressorts réglés tellement durs qu’il n’y a plus de course morte. La valeur de précharge est supérieure au poids de la moto sur la suspension…)

On s’aperçoit de la chose suivante :

D’une part :

La cote (b - c) correspond à l’enfoncement de la suspension entre la position où la moto est sur ses roues, et la position où vous montez dessus.
On peut facilement démontrer que cette cote (b - c) est uniquement fonction de la raideur du ressort. Elle est indépendante du réglage de la précontrainte.

Si on diminue la précontrainte, on va augmenter simultanément (b) et (c), mais l’écart entre les 2 reste constant.

D’autre part :

La course morte dépend de la raideur et du réglage de précharge.

Donc :

Lors de la manip, le réglage de la précharge aura pour effet de faire remonter ou descendre en même temps les valeurs (b) et (c).
Si le ressort est inadapté et qu’on le change, la nouvelle raideur fera varier l’écart (b - c), mais il est impossible d’obtenir exactement 15 mm de course morte et 1/3 du débattement en précharge statique. Pour cela il faudrait disposer de toutes les gammes de raideur…

Pour résumer : on cherchera à régler la course de précharge statique au mieux, en contrôlant que la course morte est entre 10 à 20 mm. Inutile de chercher la précision ultime.

 

5.2 Réglage de l’hydraulique (amortissement et détente) :

Les réglages hydrauliques de l’amortissement et de la détente doivent être effectués une fois que les ressorts sont adaptés, et leur précharge réglée (cf paragraphes précédents)

Si vous avez bien suivi les explications théoriques vous comprendrez qu’il est logique de régler la partie hydraulique (amortissement et détente) en faisant bouger la moto, en la faisant pomper sur ses suspensions.
En effet, comme précisé plus haut, l’effet de l’hydraulique (les efforts de résistance) ne dépend que des vitesses de déplacement.

L’idéal est d’avoir une base de réglage de départ. Par exemple les préconisations du constructeur de l’amortisseur arrière si c’est un adaptable.
A défaut on pourra utiliser les réglages proposés dans le manuel de la moto, ou la revue technique.
Mon conseil : dans le doute, il vaut mieux régler trop souple (détente et compression plutôt ouvertes) que trop dur.
Il sera bien plus facile de ressentir la moto et refermer les réglages par la suite.

On règle donc à l’arrière comme à l’avant la compression et la détente dans des positions de référence ou des valeurs médianes, et on se place à côté de la moto, les mains au niveau du réservoir.

La moto doit être droite. Il est prudent de faire participer un collègue pour l’assurer.

Réglage de l’hydraulique en compression

En exerçant une pression ferme sur le réservoir, on observe la façon dont la moto descend.
(Les illustrations ci dessous sont reprises du site : http://chevaliernoir.chez.com/moto/suspensions.htm

Premier cas : la moto s’enfonce de l’avant puis de l’arrière :

C’est donc que la compression à l’arrière est trop refermée (trop dure).
Solution : on “ouvre” la compression à l’arrière pour l’assouplir, ou bien on referme la compression à l’avant.

Second cas : la moto s’enfonce de l’arrière, puis de l’avant :

C’est l’inverse : le réglage de compression à l’avant est plus “fermé” qu’à l’arrière
C’est donc l’inverse : ou bien on “ouvre” la compression à l’avant pour l’assouplir, ou bien on referme la compression à l’arrière.

Un observateur placé bien en face (là où était le photographe) peut aider la visualisation
En fin de réglage, la moto doit s’enfoncer en même temps à l’avant comme à l’arrière.

Réglage de l’hydraulique en détente

Il s’agit, pour l’avant et l’arrière, de s’assurer que la suspension remonte à peu près aussi vite qu’elle descend.

Pour la fourche, moto droite, on peut prendre le guidon et la comprimer d’un coup sec, par exemple en avançant un peu et en donnant un coup de frein.
On essaye d’observer si la moto remonte aussi vite qu’elle est descendue.
Bien entendu on ne touche plus au réglage de compression. Si elle remonte plus vite on ferme la détente, sinon c’est l’inverse.

Pour l’arrière même manip en appuyant sur le dosseret de selle.

Pour finir, on peut reprendre la même méthode que pour la compression, en appuyant sur le réservoir :

Premier cas : la moto remonte de l’avant puis de l’arrière :

On affine le réglage en resserrant la détente de la fourche, ou en déserrant celle de l’amortisseur arrière

Second cas : la moto remonte de l’arrière puis de l’avant :

A l’inverse, on déserre la détente de l’avant, ou on resserre celle de l’arrière

 

6. Réglages en dynamique :

Une fois ces réglages de base effectués, c’est en roulant que vous affinerez le comportement de la moto, en jouant principalement sur les réglages hydrauliques.

Le “feeling” nécessaire pour mettre au point une partie cycle ne peut certainement pas s’expliquer en quelques lignes sur un forum, et je n’ai de toutes façon pas la prétention de maitriser suffisamment le sujet.
Je me suis donc contenté de recopier ici des infos issus d’un journal moto national, qui ont été repris un peu partout sur le net :

Fourche :

Problème : La moto est dure sur les bosses en ligne droite et au freinage.
Causes :
1) La fourche est trop dure en ressort ou en hydraulique
2) La fourche est trop souple et arrive en butée
Remèdes :
1) Détendre la précontrainte du ressort et/ou desserrer la compression hydraulique
2) Durcir la précontrainte du ressort

Problème : La moto louvoie à haute vitesse
Cause : La fourche est en butée de détente
Remède : Desserrer la précontrainte du ressort pour augmenter la course morte

Problème : La moto guidonne
Cause : La fourche manque de liberté pour absorber des successions de bosses
Remède : Desserrer l’hydraulique, détente et compression pour laisser plus de liberté à la fourche

Problème : La moto se redresse lors des freinages sur l’angle
Cause : La fourche s’enfonce trop rapidement
Remède : Durcir la précontrainte de ressort et/ou resserrer la compression hydraulique

Problème : La moto se déséquilibre en entrée de virage
Cause : La fourche se détend trop vite lorsque vous lâchez les freins
Remède : Resserrer la détente hydraulique

Amortisseur arrière :

Problème : La moto est dure sur les bosses en ligne droite
Causes :
1) L’amortisseur est trop dure en ressort ou en hydraulique
2) Le ressort est trop souple et travaille sur son point dur
Remèdes :
1) Détendre la précontrainte de ressort et/ou desserrer la compression hydraulique
2) Durcir la précontrainte du ressort

Problème : La moto louvoie à haute vitesse
Cause : La suspension est trop molle la moto est « trop assise »
Remède : Durcir la précontrainte du ressort

Problème : La moto guidonne
Cause : La suspension est trop dure presque figée
Remède : Desserrer l’hydraulique (détente et compression) pour libérer la suspension

Problème : La moto élargie à l’accélération en sortie de virage
Cause : Le report de charge sur l’arrière est trop rapide et influe trop sur l’assiette
Remède : Durcir la précontrainte de ressort et/ou la compression hydraulique, relever l’arrière (si réglage assiette)

Problème : Pertes d’adhérence brutales à l’accélération
Cause : Suspensions trop dure ou trop freinée en hydraulique
Remède : Desserrer la détente et/ou la compression hydraulique

Problème : La moto se déséquilibre en entrée de virage
Cause : L’arrière de la moto se lève trop brutalement en fin de freinage
Remède : Resserrer la détente hydraulique

Assiette :

Problème : La moto élargie la trajectoire
Cause : Valeur de chasse trop élevée
Remède : Baisser l’avant ou relever l’arrière de la moto

Problème : La moto louvoie à haute vitesse
Cause : La roue avant n’est pas assez chargée
Remède : Baisser l’avant ou relever l’arrière de la moto

Problème : La moto s’inscrit trop vite
Cause : La chasse est trop faible
Remède : Relever l’avant ou baisser l’arrière de la moto

7. Contributions, liens utiles :

Merci à Byo, du U2Team, à qui j’ai piqué une photo
Merci à Racespirit, du U2Team aussi, à qui j’ai repiqué ce qu’il avait déjà repiqué lui même sur les comportements en dynamique
Tout ceci sur : Le forum U2Team

Merci à l’auteur de ce site à qui j’ai piqué les illustrations en .gif

Et surtout merci à Régis de Shaft-Racing (préparateur auto/moto/quad et représentant Ohlins) pour tous ses conseils

D’autres préparateurs dans le domaine :

-> Chaplain (28700 LE GUE DE LONGROI)

-> Delcamp

-> FMP-Racing

 

Et à toutes fins utiles, un lien que j’ai trouvé intéressant :
http://www.mecamotors.com/b_partie_c…/suspen01.html

 

Bonne piste !! :-D

Thierry

Pages : 1 2

2 commentaires pour Réglage des suspensions

  • Maxime

    Et bien ! ça c’est du dossier technique !

    Merci Thierry ! :-)

  • Pierre_cab

    Bien joué Thierry!!
    Clair, comme il le faut.
    Tu as bien du courage de prendre tout ce temps pour nous et remettre un peu d’ordre dans les âneries du web !